Livraison offerte en France métropolitaine

LE MYSTÈRE DE L'ÎLE AUX CHATS

le-mystere-de-l-ile-aux-chats

Le Japon est en réalité plus un ensemble d’archipel qu’une seule et même île comme peut l’être la Jamaïque ou la Grande-Bretagne. Parmi ces nombreuses îles certaines sont pour le moins atypiques et nous aimerions vous en faire découvrir une aujourd’hui. Il s'agit de l’île aux chats, de son vrai nom Tashirojima.

Où se situe Tashirojima ?

Tashirojima est une petite île indépendante de la municipalité d’Ishinomaki qui se trouve à l’est de Sendai (voir photo ci-dessous).

localisation-tashirojima

Comment se rendre sur l’île aux chats ?

Pour pouvoir vous rendre sur Tashirojima vous pouvez partir de Sendai et prendre un train en direction de Ishinomaki qui dure environ une heure et demi. Vous pourrez ensuite depuis Ishinomaki prendre un bus qui vous déposera à Ajishima Line-mae d’où vous pourrez prendre le ferry qui fera cap sur l’île aux chats !

Attention cependant, les bus se font rares alors nous vous recommandons de bien regarder les horaires avant de vous lancer dans votre expédition. Vous pouvez éventuellement vous rendre en taxi ou à pied pour les plus sportifs. Le trajet en bateau dur ensuite une heure environ et vous arriverez à destination une fois arrivé dans le deuxième port par lequel passe le ferry.

D'où viennent les chats de Tashirojima ?

Comme vous pouvez vous en douter, si Tashirojima se nomme “l’île aux chats” c’est qu’on y trouve beaucoup, beaucoup de chats. Mais ce qui est intéressant c’est surtout de s’intéresser à l’origine des chats sur cette île.

Pour cela il faut remonter jusqu’au XIXème siècle à la fin de l’époque d’Edo (1868). À cette époque une des principales activités commerciales de l’île étaient les soieries et pour pouvoir protéger les vers à soie des souris les habitants ont eu la bonne idée d’y introduire des chats.

Ils ont ensuite été nourris par les marins de passage qui prennaient soin d’eux lors de leurs escales sur l’île de Tashirojima. Ils ont appris à les connaître et on dit même qu’ils arrivaient à anticiper la météo en regardant leur comportement. De la même manière que des hirondelles qui volent bas annoncent la pluie par exemple.
Les chats ont ensuite prospérer jusqu'à être quatre fois plus nombreux que les habitants de l’île (environ 400 chats pour 100 habitants). Il faut également savoir que le chat, et particulièrement le Maneki-neko, est un animal très apprécié car il symbolise la bonne fortune mais aussi un accueil chaleureux lorsqu’il se trouve à l’entrée d’un restaurant..



Que sont devenus les chats de l’île Tashirojima depuis l’époque d’Edo ?

La dernière partie de cet article est malheureusement la moins joyeuse car depuis les dernières dizaines d’années les chats n’ont fait que diminués sur l’île. Aujourd’hui on en recense à peine une trentaine et nous allons sans plus attendre ce qu’il leur est arrivé.

Bien que le chat soit un animal apprécié au Japon, la surpopulation de ces animaux en pleine liberté à finit par avoir raison de la patience et de l’indulgence des  trente habitants de l’île de Tashirojima. En 2014, ils ont demandés aux autorités compétentes de stériliser les chats afin qu’ils ne prospèrent plus d’ici une dizaine d’année. Soixante-dix-neuf animaux ont alors été castrés sur les quatre-vingt-dix environ qui peuplaient Tashirojima. Cependant, la castration n’est pas à l’origine de la disparition d’autant de chats en seulement six ans (quatre-vingt-dix en 2014, à peine trente en 2020).

En 2019, comme l’indique l’article du site Le Point, des gamelles avec des substances bleues ont été retrouvées sur l’île ainsi que des chats décédés dans un périmètre restreint. Les associations se sont tout de suite penchées sur cette affaire qui n’a pas tardée à être élucidée.

Un agriculteur a confessé avoir voulu empoisonner les corbeaux pour les éloigner de ses pommes de terre. Malheureusement pour lui, bien qu’il se défende en disant “je n’ai jamais voulu faire de mal aux chats”, les activistes locaux ont balayés cette excuse en déclarant qu’il n’y avait pas beaucoup de corbeaux sur Tashirojima et que au vue des circonsances cette “substance bleue” était clairement destinée aux chats. Triste sort pour la population de “l’île aux chats”... Heureusement, les associations locales cherchent une manière de déplacer les chats qui restent encore sur l’île pour pouvoir leur permettre de finir leur vie sans croquettes bleues !

L’île aux chats n’a donc plus beaucoup de légitimité à conserver son titre tel quel comme cela pouvait l’être il y a une dizaine d’année.

Précédent Suivant