Théières Japonaises

Bien que le thé fut importé sur le territoire japonais au VIII ème siècle, la production de théières ne se démocratisa que dans les années 1100. Elle prend sa source dans la ville de Mizusawa (maintenant Oshu) lorsque le samouraï Fujiwara no Kiyohira se procura un four à fonte et en fit grâce à cette ville. Cet évènement marque le début d’une grande production de théières en fonte dans le nord du Japon.

Les théières en fonte

Même si le savoir-faire requis pour fabriquer des théières en fonte est issu de Chine, c’est principalement le Japon qui perfectionna cet artisanat au cours des siècles. Il en fit d’ailleurs une partie assez importante de sa propre culture.

Comme vu dans l’introduction des théières japonaises, c’est le samouraï Fujiwara no Kiyohira qui permit le développement de la production de théières au XII ème siècle. Cependant, il faudra attendre le XV ème siècle pour voir augmenter conséquemment la production de théières. Cela est du à l’arrivée de la cérémonie de thé au Japon, évènement qui augmenta drastiquement la consommation de thé sur le territoire et par conséquent le nombre de théières nécessaires pour le consommer.

La production de théières japonaises en fonte connaitra un deuxième élan au XVII ème siècle sous l’impulsion du prince Nanbu qui se fera d’ailleurs sa propre collection de théières personnelles. D’autres villages s’approprieront au fur et à mesure ce savoir-faire comme Yamagata, Shiga, Osaka, Takaoka et bien d’autres encore.

Si le Japon a su exceller dans la production de théière c’est aussi parce qu’il possède sur ses terres de très importantes productions de Satetsu, qui n’est autre que la limaille de fer qui utilisée dans la fabrication des théières en fonte. Le Satetsu est également utilisé pour fabriqué les célèbres sabres des samouraïs.

Les avantages d’utiliser une théière en fonte

Les principaux avantages d’utiliser une théière en fonte pour son thé vient de la réaction entre l'eau et le fer. Lorsque l’eau va entrer en contact avec la fonte elle va s’enrichir en fer et par la suite le thé prendra alors une saveur particulière qiu est d‘ailleurs très bénéfique pour prévenir les carences en fer.

Les théières kyusus

Il est plutôt naturel de penser aux théières en fonte lorsqu’on évoque les théières japonaises. Cependant, aussi étonnant que cela puisse paraitre, les théières en fonte n’étaient pas les théières les plus populaires au Japon. Ce sont les kyusus en argile qui ont été le plus utilisées, un type de théières réservées à l’infusion de thés verts.

Tout comme celles en fontes elle sont originaires de Chine mais leur artisanat a été perfectionné au Japon. Elles sont composées uniquement d’argile et les plus qualitatives sont celles produitent dans les régions volcaniques du Japon car la minéralisation du Japon y est meilleure. Ainsi les meilleures kyusu sont celles de la ville Tokoname, suivi de près par celles de Bizen, Shigaraki, Tamba, Seto et Echizen.

Les kyusus ont néanmoins une contenance plus petite que les théières en fonte et sont généralement modelées avec le manche sur le coté (appelé yokodé kyūsu), placé à 90° par rapport à leur bec verseur. Cependant les kyusus peuvent prendre deux autres formes. Elles peuvent avoir le manche placé au dos (appelée alors ushirodé kyūsu), mais aussi possédée une anse (uwadé kyūsu) de la même manière que les théières en fonte japonaises traditionnelles.

Les avantages d'utiliser un kyusu en argile

Lorsque l’argile volcanique va entré en contact avec l’eau chaude et les feuilles de thé, du fait qu’il soit fortement minéralisé une réaction va avoir lieu et donné une saveur unique au thé. Celle-ci est encore différente que celle que l’on trouve avec les théières en fontes. Tout est question de goût. 🍵