LE JAPON EST-IL UN PAYS ÉCOLOGIQUE ?

LE JAPON EST-IL UN PAYS ÉCOLOGIQUE ?

Lorsqu’on se rend au Japon pour la première fois, ce qui choque généralement le plus vis-à-vis des ordures c’est le tri méticuleux qui leurs sont accordées. On trouve en effet des jours de collecte différents pour les déchets combustibles, non combustibles, bouteilles et canettes en verre, bouteilles en plastique mais également les déchets dangereux comme les ampoules ou les piles. Ainsi il serait légitime de se dire que le Japon est un pays à prendre comme exemple en terme d’écologie, mais est-ce vraiment le cas ?

Un tri du PET exemplaire mais un suremballage excessif

Il est indéniable que le Japon est particulièrement scrupuleux pour ce qui est du recyclage de ses bouteilles en PET (polytéréphtalate d'éthylène). À titre d’exemple leur qualité est pure à tel point que les maillots de l’équipe de football de Barcelone et Manchester City sont fabriqués à partir de ces mêmes bouteilles collectées dans les décharges japonaises.  

Ces emballages fabriqués en PET comme les bouteilles peuvent également être recyclés pour fabriquer de nouvelles bouteilles mais aussi d’autres types de matériaux industriels comme par exemple des fibres pour des sacs de couchage, des manteaux d’hiver ou bien des pièces de voiture. En 2014, 93,5 % des bouteilles en PET distribuées dans tout le pays étaient recyclées, selon le Conseil pour le recyclage des bouteilles en PET.

bouteille-en-plastique

Bien que le Japon accorde un tri presque religieux à ses bouteilles, un détail vient rapidement faire tache dans sa réputation d’écologiste : le suremballage. On trouve en effet du plastique absolument partout pour emballer tout et n’importe quoi au supermarché comme à la boulangerie. Ainsi cela soulève donc la question suivante : le Japon est-il un pays écologiste ? 

La fin des sacs en plastique de prévue au Japon ?

En 2016, le gouvernement métropolitain de Tokyo annonçait vouloir faire payer à tous les clients un prix supplémentaire pour les sacs en plastique utilisés qui n’avaient pas lieu d’être. Cette décision avait entre autre pour but de faire taire les critiques qui accusaient les politiques de subir les influences des puissantes entreprises productrices de sacs en plastique. Cependant, lorsqu’on fait le bilan on ne peut que constater que les sacs en plastique sont encore bien présents aujourd’hui en quantité déraisonnables dans toutes les épiceries.

Un effort a cependant été fait du côté des grandes chaînes de supermarché mais les petits commerces ont eux peur de perdre beaucoup de clients sur cette mesure voit le jour dans les prochaines années, ce qui n’est pas impossible lorsqu’on écoute ce que disait Yasuo Furusawa, directeur de la gestion durable des matériaux au gouvernement métropolitain de Tokyo, au Nikkei Asian Review : "Il faut interdire les sacs gratuits dans tout le pays." avant d’ajouter “Le rôle du magasin de proximité est en train de changer. Ils proposent maintenant des articles plus chers comme des repas et des bento, c'est donc une question difficile."

Bien que cette mesure paraisse évident d’un point de vue écologique elle est donc pas si simple à mettre en place car elle risque de faire couler de nombreux commerces de proximité. De plus, cette consommation excessive de sacs en plastique est fortement ancrée dans les mœurs japonaises. En moyenne, un japonais consomme près de 200 sacs en plastique par an.

Bien que jusqu’à maintenant l'interdiction des sacs en plastique reste incertaine, cette initiative écologiste possède un puissant soutien qui n’est autre que le gouvernement Yuriko Koike. Koike a été ministre de l'environnement de 2003 à 2006, période durant laquelle elle a fait la promotion de la campagne "Cool Biz". Ce qui a permit aux travailleurs à s'habiller de façon décontractée pendant l'été, permettant ainsi d'économiser de l'énergie en réduisant le besoin de climatisation.

sac-en-plastique-pollution

Pour substituer le plastique le gouvernement Yuriko Koike propose un tissu japonais traditionnel qui serait utilisé pour envelopper et transporter des objets, n’étant de la sorte pas un emballage à usage unique. Ce tissu serait fabriqué avec une fibre dérivée de bouteilles en PET recyclées.

Voici ce que disait Koike à ce sujet : "Le furoshiki est si pratique qu'on peut y emballer presque tout, quelle que soit sa taille ou sa forme, avec un peu d'ingéniosité en le pliant simplement de la bonne manière. Il est bien meilleur que les sacs en plastique que vous recevez au supermarché ou que le papier d'emballage, car il est très résistant, réutilisable et polyvalent".

Elle a également souligné que le tissu était un symbole de la culture japonaise et qu’il mettait l'accent sur le fait de prendre davantage soin de sa marchandise qu’avec un simple sac en plastique et ainsi d’éviter le gaspillage.

Quelle est la vraie menace d’une si grande quantité de plastique ?

Même avec une si grande quantité de sac en plastique consommé, le Japon étant plutôt un pays précurseur pour ce qui est du tri des déchets il est légitime de se demander pourquoi donc est ce que les sacs, plus que les bouteilles par exemple ne peuvent-ils pas être recyclés correctement ?

Les sacs sont en réalité bien difficiles, voire impossibles, à recycler correctement de la même manière que bon nombre de jouets en plastique. Cela est dû au fait qu’ils sont fabriqués à partir de différents plastiques ayant des points de fusion différents à l’inverse des bouteille en PET qui elles sont fabriqués avec une résine plastique facilement recyclable.

Les sacs en plastique peuvent être brûlés à défaut d’être recyclés mais bon nombre de ville ne prennent pas l’initiative de payer ces frais et les laisse à l’abandon dans des rivières qui elles même les emportent dans les ruisseaux puis les Océans, détruisant ainsi à petit feu la faune et la flore marine.

Au delà de l’aspect écologique, réduire les sacs plastique serait même bénéfique d’un point de vue financier. Trois des matières plastiques les plus utilisées sont plus chères qu'auparavant en raison de la hausse du prix du pétrole brut et des réglementations environnementales plus strictes imposées aux usines en Chine. Néanmoins, la raison la plus importante qui devrait pousser le Japon à réduire sa consommation de sacs en plastique reste d’effacer son image de culture du gaspillage qu’il s’est construit au cours de ses dernières années.

Pour conclure, le Japon est un pays assez spécifique d’un point de vue écologique dans le sens où il est en avance sur certains point, notamment le tri des déchets, mais garde de profondes lacunes pour ce qui est de la réduction de ses déchets plastiques. À titre de comparaison la France a elle déjà supprimer la vente de produit en plastique à usage unique dans les supermarchés comme les pailles ou les gobelets.

Finalement, si vous aussi vous souhaitez de votre côté obtenir des sacs écologiques de très bonnes qualités nous vous recommandons les yeux fermés un sac en liège de la marque Liège Évasion qui proposent plusieurs styles de sacs différents qui tous respirent la bonne humeur et le profond travail d’artisanat qui s’y trouve derrière. Voici donc un aperçu de certains de leurs produits :

sac-liegeevasion