NOBUKO ISHIKAWA : JOAILLIÈRE JAPONAISE DE LÉGENDE

NOBUKO ISHIKAWA : JOAILLIÈRE JAPONAISE DE LÉGENDE

Nous avons déjà abordé à deux reprises le sujet des bijoux et des ornements japonais, notamment celui de kansashi qui constitue à lui seul une grande partie des accessoires des geishas et des maikos. Mais nous avons récemment découvert une joaillière japonaise qui propose de somptueuses créations et nous avons donc souhaité vous en faire part au sein de notre blog.

Introduction à la joaillerie japonaise au XXème siècle

Pour bien comprendre le travail de Nobuko Ishikawa, il est important de connaître le contexte de la joaillerie au XXème siècle.

Malgré le fait que le Japon a su proposer au cours de son histoire de nombreux accessoires et ornements luxueux comme :

  • les kansashi
  • les kuchi
  • les éventails
  • les tekagami
  • les bijoux shakudo

Kanzachi japonais (source image : Amazon)

Pour ce qui est de la joaillerie à proprement parler et des objets tels que les bagues, les colliers ou encore les boucles d’oreilles, il faut reconnaître que le Japon à une longueur de retard par rapport à ce que proposent les civilisations occidentales.

Mais cette situation va brusquement être changée grâce à l’arrivée d’une certaine femme emplie de passion, talent, et même de génie créatif. Vous l’aurez deviné, cette femme n’est autre que Nobuko Ishikawa.

Nobuko Ishikawa

portrait-nobuko-ishikawa

Biographie

Née au Japon en 1943 durant la Seconde Guerre mondiale, Nobuko Ishikawa passe au cours de sa formation par la plus prestigieuse école d’arts du Japon : l’Université des arts de Tokyo. Il s’agit d’une école fondée en 1949 par la fusion de deux écoles plus vieilles encore : l’école des beaux-arts de Tokyo (1885) et l’école de musique de Tokyo (1879).

universite-des-arts-de-tokyo

Universités des arts de Tokyo (source image : Animatou)

Après avoir achevé sa formation, Nobuko travaillera durant quelques années pour certaines marques. Mais rapidement, elle fonde sa propre entreprise à l’âge de 27 ans en 1970 : la joaillerie Nobuko Ishikawa.

Elle se marie également avec un peintre nommé Shigeo Ishikawa. Ses peintures sont pour la plupart des paysages japonais traditionnels qui reprennent la plupart du temps des maisons, le mont Fuji voire même des cerisiers. Vous pouvez avoir un aperçu de son travail sur le site artnet.

peinture-shigeo-ishikawa

Contribution à la joaillerie japonaise

Si les créations de Nobuko se démarquent tant de ses confrères joailliers nippons, c’est parce qu’ils arrivent à capturer les notes caractéristiques de la culture japonaises comme les paysages ou la mythologie, et à la incruster dans de divines pièces détaillées sous forme de broches ou de colliers.

On retrouve par ailleurs un sens du détail extrêmement poussé dans ses pièces avec l’incrustation de nombreuses pierres précieuses, ce qui nous rappelle fortement les merveilles de Wallace Chan. Mais Nobuko préserve les caractéristiques de la joaillerie japonaise avec l’alliage du cuivre, de l’or et de l’incrustation de détails laqués dans ses pièces.

Ses pièces restent luxueuses sans apparaître ostentatoires et c’est là encore une des clés du succès de Nobuko Ishikawa. Elle arrive grâce à ses bijoux à valoriser la femme de manière noble et discrète à la fois.

Présentation de quelques unes de ses pièces

Certaines cultures comme la culture égyptienne peuvent proposer des bijoux très reconnaissables. C’est bien-sûr le cas du Japon, mais aussi de l’Europe. Comme nous allons le voir Nobuko Ishikawa a participé à de nombreux salons d’expositions français et on le ressent dans son travail qui est parfois directement inspiré des châteaux européens.

Les châteaux européens

chateaux-europeens-bijoux-nobuko-ishikawa

source image : Blissfromparis

L’ikebana

Comme mentionné précédemment, Nobuko s’inspire fortement de la culture japonaise dans ses créations. Voici quelques exemples de ses pièces directement inspiré des compositions florales ikebana japonaises :

bijoux-fleurs-nobuko-ishikawa

source image : Espritjoaillerie

L’héritage de la maison Ishikawa

Depuis le décès de Nobuko Ishikawa en 2012, c’est sa sœur Yoshie Ishikawa qui a repris la bijouterie. Bien qu’on puisse facilement affirmer que leur site internet se soit pas à la hauteur de leurs bijoux, il a au moins le mérite de vous présenter quelques-unes des pièces de la maison. Vous pouvez y accéder en cliquant sur le lien qui suit : nobukoishikawa.com