Livraison offerte en France métropolitaine

L'HISTOIRE DES ENCENS AU JAPON

histoire-encens-au-japon

Il y a de nombreux phénomènes d’après guerre qui ont rendu le Japon célèbre auprès du monde entier comme les mangas, le karaoké, les cosplays, le pachinko et bien d’autre encore. Mais cependant, ce ne sont pas ces choses là qui constituent l’essence même de la culture zen japonaise.

La culture zen japonaise prend racine au plus profond de l’histoire du Japon et date de plus d’un millénaire. Elle a naturellement évoluée au cours des siècles et s’est matérialisée sous de nombreuses formes d’art ou de pratiques spirituelles, mais également sous forme d’objets traditionnels. Nous allons donc aujourd’hui parler de l’un d’eux puisqu’il s’agit de l’encens. Très souvent utilisé lors de cérémonies religieuses, ces petits bâtons sont encore très répandus dans notre société pour ses bonnes odeurs et ses bienfaits spirituels.

Pour les plus adeptes de ces bâtons odorants n’hésitez d’ailleurs pas à vous rendre sur la site Nature Encens où vous y trouverez un choix immense de porte-encens en tout genre à prix très abordable, mais aussi des encens et de précieux conseils sur le sujet. En voici un petit aperçu :

porte-encens-japonais

Origine des encens au Japon

L’origine même des encens est extrêmement ancienne puisqu’elle remonte à plus de 2000 ans avant JC. Il est aujourd’hui difficile de retracer la source même des premiers encens sur le globe mais en revanche il est certain qu’ils étaient utilisés à au moins trois endroits. À Babylone, en Egypte et en Chine. Ils étaient utilisés lors des prières ainsi que pour la lecture, ce n’est que bien après que leur utilisation se diversifiera.

Il faudra néanmoins attendre plus de 2500 ans avant de voir les premiers encens poser le pied sur le sol japonais puisqu’ils furent importés de Chine au VI ème siècle, en 552, en même temps que la religion bouddhiste. Le premier écrit qui évoque l’utilisation de l’encens au Japon est le Nihon shoki, un des plus anciens documents historiques de l’histoire du Japon; il mentionne une utilisation de l’encens en 595 lors du règne de l’impératrice Suiko.

Le développement de l’encens au Japon

Très rapidement après son arrivée au pays du Soleil levant, l’encens se popularisa et se démocratisa sur l’ensemble du territoire. Bien qu’il ne soit pas d’origine japonaise, cela n’empêcha pas un très fort artisanat local d’émerger, et ce, même malgré l’absence de bois adéquat sur le territoire. Les fabricants d’encens japonais étaient donc contraints de faire importer le bois de Chine par bateaux pour pouvoir en fabriquer. Cependant, ce n’est pas ce qui les empêcha de devenir les meilleurs artisans au monde en matière d’encens. Des entreprises datant de plusieurs centaines d’année existent encore comme Baieido ou Nippon Kodo.

femme-et-encens

Le rôle clé du bouddhisme dans la démocratisation de l’encens au Japon

Il est évident que l’encens à su trouver ses adeptes grâce à ses odeurs diverses et variées qui, nous devons l’admettre, sont fortes agréables. Cependant, jamais l’encens n’aurait connu un pareil succès s’il n’avait pas été indissociable de la religion bouddhiste.

Après son implantation sur le territoire, le bouddhisme a en effet assez rapidement été adopté par les japonais et de nombreux temples firent érigé par la même occasion pour pouvoir pratiquer. Si vous voulez en savoir plus sur le bouddhisme au Japon n’hésitez d’ailleurs pas à consulter notre article sur le sujet : Le bouddhisme au Japon. L’encens était donc systématiquement utilisé lors des cérémonies ou lors des rites religieux dans le but de purifier l’atmosphère, ce qui explique en partie qu’une forte demande émergea au sein même du territoire nippon.

L’arrivée du Kōdō au Japon

Le Kōdō est un art traditionnel japonais tout comme le sont également l’ikebana et la cérémonie du thé. Il peut se définir comme l’art d’apprécier le parfum des encens. Son nom lui vient de “koh” qui signifie littéralement “encens” en japonais.

Bien que l’encens ait été importé au VI ème siècle au Japon, le Kōdō est apparu seulement à l’époque Muromachi (1336-1573). Il se manifeste la plupart du temps sous forme de cérémonie où six à quinze personnes se rassemblent en formant un carré. Un komoto est alors chargé de faire sentir tour à tour divers copeaux de bois aux membres de la cérémonie. Ces mêmes membres vont alors essayer de retenir les odeurs afin de les identifier.. 

Le Kōdo, tout comme l’a fait le Bouddhisme auparavant, a donc permi aux encens de se développer sur le territoire et d’y faire prospérer l’artisanat local. Les encens n’ont ensuite pas tarder à trouver les faveurs de la cour japonaises et de s’attirer les grâce de l’aristocratie. Ils sont par la même occasion devenus des produits plus “nobles” qui n’étaient alors plus consommer dans le cadre de la religion, mais également dans un cadre de plaisir, juste pour apprécier les bonnes odeurs qu’ils dégagent. De plus, le Kōdō est devenu populaire notamment pour les 10 vertus qui lui sont attribuées, ces vertus sont les suivantes :

  1. Aiguise les sens 
  2. Purifie le corps et l’esprit
  3. Élimine les “polluants”
  4. Réveille l’esprit
  5. Guérit la solitude
  6. Calme les périodes agitées
  7. N’est pas désagréable même en grande quantité
  8. Même de petites quantités suffisent
  9. Ne se décompose pas après une longue durée
  10. Une utilisation quotidienne ne nuit pas à la santé

Peu à peu les encens sont donc rentrés dans les uses et coutumes des japonais et traversèrent peu à à peu toutes les couches sociales du pays jusqu’à se trouver à la cour impériale.

Nous avions évoqué tout à l’heure un artisanat de qualité, mais cependant nous ne nous étions pas étalé sur la fabrication de ces encens japonais. Prenons donc le temps de le faire, vous verrez c’est plutôt intéressant !

encens-en-coeur

La fabrication des encens au Japon

Bien qu’il existe des encens uniquement composés à base de plante, le matériau principal pour pouvoir faire de l’encens reste la bois. Cependant, tous les bois ne se valent pas. Les meilleurs pour faire de l’encens japonais sont les bois de santal et les bois d’agar. Des huiles essentielles et parfumés peuvent également être ajoutés aux encens, tout comme peuvent l’être des colorants.

Ce n’est pas un hasard si le bois d’agar et de santal sont les plus réputés. Ils ont la particularité de secréter une résine aromatique qui avec le temps se transforme en bois parfumé, appelé koboku. Un des kobokus les plus réputés est le kyara car il a une forte teneur en huile et une odeur très agréable.

Avec le temps, la forte demande d’encens qui a émergée en Asie, de part la pratique de la religion bouddhiste, a conduit à une importante déforestation des bois d’agar et de santal. Les encens fabriqués à partir de ces bois se trouvent donc assez chers et très prisés des amateurs d’encens japonais.

Un autre bois qui fut extrêmement utilisé au Japon, si ce n’est le bois le plus utilisé, pour faire de l’encens se nomme le tabu-no-ki. Il fut très prisé pour son écorce car cette dernière à l’étonnante particularité de former de la pâte argileuse lorsqu’elle est mélangée avec de l’eau. Cette pâte se nomme makko et elle peut peut être directement roulée en bâtonnet ou même en cône pour faire de l’encens. Les bâtonnets sont ensuite laissés sécher plusieurs jours dans un endroit où humidité et température sont soigneusement contrôlées. Une fois chose faite, les encens sont emballés puis distribués dans le commerce pour être consommés.

Même si le processus de fabrication des encens japonais peut sembler assez simple et à la portée de tous. Les fabricants d’encens mettent généralement des années à expérimenter les mélanges et les conditions de séchage les plus favorables pour obtenir un produit fini de qualité supérieur.

encens-japonais

Les bienfaits de l’encens japonais

Il est évident que l’encens est réputé pour ses odeurs et la sensation olfactive satisfaisante qu’il dégage lorsqu’il est brûlé. Toutefois, les bienfaits de l’encens japonais ne se limite pas à sa fonction première. Au delà d’une simple bonne odeur, comme pourrait l’être celle d’une fleur ou d’un bon plat cuisiné, l’encens dégage autour de lui une réelle atmosphère zen qui affecte de manière positive nos humeurs et réduit considérablement notre stress. En voici l’explication scientifique.

Lorsque de l’encens se consomme à proximité de nous, certaines molécules odorantes vont être diffusées sans se consommer de part l’agitation produite par la chaleur au point d’incandescence du bâtonnet. Par conséquent, lorsque nous respirerons certaines de ces mêmes molécules, elles déclencheront chez nous un signal que notre nerf olfactif enverra à notre cerveau limbique qui n’est autre que la partie de notre cerveau qui contrôle nos émotions.

C’est pourquoi l’encens, en plus de sentir bon, a de réels effets positifs sur nos humeurs ainsi que sur notre état d’esprit. Cependant, les effets positifs de l’encens japonais ne s’arrête pas là. Certaines molécules que nous inhalons ont de réelles capacités antibactériennes qui renforcent notre système immunitaire en s’introduisant dans notre sang et nos poumons. En Egypte ancienne l’encens était même utilisé en tant que réel médicament pour soigner certaines maladies pulmonaires et hépatiques.

Précédent Suivant