Livraison offerte en France métropolitaine

TOP 10 DES LIEUX À VISITER AU JAPON

lieux-a-visiter-au-japon

Le Japon est un pays très attractif de part sa forte culture historique qui se matérialise aujourd’hui sous différents aspects. C’est en effet plus de 30 millions de visiteurs qui font la voyage pour aller découvrir cette culture et ses sites magnifiques. Cependant, il en possède tellement qu’il est souvent difficile de faire un choix pour sélectionner lesquels aller visiter. C’est pour cela que nous vous avons sélectionné 10 (+ 1 bonus !) des lieux les plus resplendissants de l’archipel.

1. Le château d’Himeji

chateau-himeji

Également appelé le château du héron blanc, le château d’Himeji qui date de plus de 400 ans (construit en 1609) est un lieu de choix pour découvrir la beauté de l’architecture des châteaux médiévaux japonais. Il est composé de six étages que vous pourrez tous visiter un à un après avoir payé l’entrée (moins de dix euros par adulte, moins de trois par enfant) afin de profiter de la magnifique vue qu’il offre sur l’ensemble de la ville de Himeji. C’est par ailleurs un des douze derniers châteaux construit en bois du Japon ce qui lui a valu d’être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993 et d’être considéré comme un trésor culturel du Japon par la même occasion.

2. Le sanctuaire Fushimi Inari-taisha 

sanctuaire-inari-taisha

Le sanctuaire Fushimi Inari-taisha est le plus grand et le plus réputé des sanctuaires shintoïstes du Japon parmis les plus de 30 000 que compte le territoire nippon. Il fait office de culte envers la divinité kami Inari qui est considérée comme la déesse des céréales, des fonderies et du commerce. Le sanctuaire fut érigé pour la première fois en 711 à Mitsugamine par le clan Hata, il sera cependant déplacé en 817 sur la montagne Inari à Kyoto là où il se trouve actuellement. Ses milliers de toriis seront cependant ajoutées plus de mille ans après, financées par de riches hommes d’affaires ou commerçants en échange de l’inscription de leur nom sur les portes. Ce sont les écritures noires que nous voyons sur chacunes d’entre elles. Il vous sera donc possible de visiter le site à travers une randonnée de quatre kilomètres qui dure en moyenne entre 2h à 2h30. Attention cependant, c’est un lieu très prisé par les touristes alors il ne sera pas de trop d’y aller tôt le matin pour pouvoir profiter davantage encore du paysage. Avec un peu de chance vous pourrez même faire une de ces magnifiques photos sous le passage de toriis.

3. Le château d’Osaka

chateau-osaka

Le château d’Osaka peut facilement être assimilé à un navire de guerre historique. Alors que l’édification de son donjon s’achèvera en 1585, il sera lourdement endommagé 11 ans plus tard à la suite d’un tremblement de terre en 1596. Après reconstruction, il subira un assaut conséquent pendant la période d’Edo en 1614 de plus de 200 000 hommes du clan Tokugawa. Il résistera cependant à cet assaut mais tombera l’année suivante sous un second siège du même clan. Une fois le château reconstruit en 1620, il ne lui faudra pas 50 ans pour se faire ravager par les flammes puisqu’il prendra feu en l’an 1665. Le château d’Osaka est alors laisser tel quel sans reconstruction pendant près de 200 ans. Il sera finalement rénové en 1843 avant de se faire détruire une fois de plus suite à la restauration de Meiji de 1868. Reconstruit alors en 1928, il subira les bombardements des raids aériens américains qui viendront, une dernière fois, endommager les fondations de ce château. Le gouvernement pris la ferme décision de rénover le château d’Osaka en 1997 et depuis 23 ans le château et ses douves dominent avec fière allure la ville d’Osaka. Si vous vous rendez à Osaka sa visite sera donc un incontournable et si vous avez la chance de vous y rendre pendant le période hanami (période des cerisiers) la vue n’en sera que plus belle. Sa visite y est gratuite pour les moins de 15 ans et ne coûtera pas plus de 5€ par adulte. Finalement, tout comme le château d’Himeji offrait une vue imprenable sur Himeji, le château d’Osaka vous en offrira lui une magnifique sur Osaka du haut de ses huit étages et de son architecture traditionnelle japonaise.

4. La promenade du philosophe

promenade-du-philosophe

Situé à Kyoto, la promenade du philosophe est un petit coin de paradis en pleine zone urbaine. Son nom lui vient du philosophe Kitaro Nishida qui se plaisait à y méditer quotidiennement mais cependant il ne fut pas le seul à fréquenter ce sentier qui était autrefois beaucoup emprunter par les moines bouddhistes. La beauté de cette promenade de plus de deux kilomètres qui longe le canal du lac Biwa lui vient de l’atmosphère romantique qui s’en dégage à l’effigie de la culture zen japonaise. Pour profiter au maximum de ce qu’a à offrir ce lieu il faudra de préférence vous y rendre au printemps lors de la période des hanami, vous pourrez ainsi contempler les arcs de cercle formés par dessus le canal par les sakuras. Vous trouverez également le long de ce canal tout un tas de bars, de boutiques et de pavillons de thé qui vous permettront de profiter dans le calme de la magie de ce lieu.

5. Le sanctuaire d’Asakusa

sanctuaire-asakusa

Vous trouverez au sein du sanctuaire d’Asakusa situé à Tokyo au bord de la rivière Sumida le temple Sensō-ji qui n’est autre que le plus vieux temple bouddhique du Japon. Il fut érigé en honneur de la déesse Kannon et est par conséquent très populaire auprès du peuple japonais qui lui accorde beaucoup d’importance. Très prisé pour ses couleurs étincelantes et son architecture traditionnelle, le sanctuaire d’Asakusa possède également de nombreuses boutiques souvenirs dans l’allée marchande Nakamise-dori qui vous permettront de mettre la main à la poche pour ramener un petit quelque chose à vos proches.

6. Les chutes de Kegon

chutes-de-kegon

Situées dans la préfecture de Tochigi dans le parc national de Nikko, les chutes de Kegon ont été considérées comme l’une des huit plus belles vues du Japon. Elles se situent à près de 1300 mètres d’altitude pour une hauteur de 97 mètres ce qui font d’elles la troisième plus haute chute d’eau du Japon. Vous y trouverez une douzaine de chutes qui se forment toutes au niveau du lac Chūzenji lui même source de la rivière Daiya. Le site est par ailleurs splendide à aller voir en hiver lorsque les chutes se trouve entièrement givrées par la glace.

7. Le sanctuaire d’Itsukushima

itsukushima

Le sanctuaire shintoïste d’Itsukushima date de l’an 593 et est un incontournable de Miyajima. La version que nous connaissons et que nous pouvons visiter aujourd’hui date cependant de 1168. Le sanctuaire avait en effet été reconstruit afin de le rendre plus somptueux encore à la suite de dons important d’un général militaire à la fin de la période de Heian (794-1185). Par la même occasion, c’est à cette date que le torii immense (16 mètres) situé en mer qui fait toute la beauté de ce lieu fut érigé. Peut être le savez-vous mais il est interdit de pénétrer dans un sanctuaire shintoïste sans passer sous la porte torii qui s’y trouve à l’entrée. C’est une façon de délimiter le monde normal du monde sacré. Par conséquent, pour pénétrer dans le sanctuaire d’Itsukushima il fallait autrefois passer en mer par bateau sous sa porte torii. Ce lieu est considéré comme une des trois plus belles vues que pourrez trouver au Japon ce qui en fait un argument de choix pour faire le détour. Cela a d’ailleurs valu au sanctuaire d’être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996.

8. Le jardin de Kenroku-en

kenroku-en

La jardin de Kenroku-en, ou jardin de Kanagawa, fut aménagé pour la première fois en 1620 et ne cessera d’évoluer jusque dans les années 1840. Il était alors possédé par les dirigeants de l’ancienne province de Kaga, la famille Maeda. Hélas, un incendie le ravagea en 1759 mais il sera rapidement rénové en 1774. Ce n’est que depuis l’année 1874 qu’il a été ouvert au public et que nous pouvons le visiter. Bien à l’image de la réputation des jardins zen traditionnels que connaît le Japon, le jardin de Kanagawa est une place de choix pour profiter d’un cadre reposant avec des vues magnifiques sur son étang, ses lanternes et sa flore à travers plus de onze hectares. Pour preuve, le jardin de Kenroku-en n’est pas moins considéré que comme le plus beau de l’archipel. Vous pourrez y accéder pour moins de trois euros par adulte et moins d’un euro par enfant.

9. La Tokyo Skytree

tokyo-skytree

Édifiée en 2012, la Tokyo Skytree qui comme son l’indique, se trouve dans la capitale japonaise à Tokyo, n’est pas moins que la deuxième tour autoportante du monde. Du haut de ses 634 mètres, elle se voit presque deux fois plus haute que sa jumelle le tour de Tokyo, celle qui ressemble à la tour Eiffel, à la différence d’être peinte en rouge. La Tokyo Skytree est donc une tour de radiodiffusion ouverte au public dans laquelle vous trouverez un observatoire à 350 mètres de hauteur et un autre à 450 mètres. Attention cependant, si vous comptez vous y rendre prévoyez si possible d’y aller tôt le matin car c’est un lieu très touristique et les files d’attente y sont très longues. Vous trouverez également au pied de la tour un grand centre commercial abritant des commerces en tout genre, un planétarium, un aquarium ainsi que des restaurants pour manger.

10. Le mont Fuji

mont-fuji

Ce classement ne pouvait exclure le volcan la plus populaire et le plus resplendissant de l’archipel, entouré par ses cinq lacs magnifiques. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013 en tant que “Fujisan, lieu sacré et source d’inspiration artistique”, le mont Fuji à en effet une dimension symbolique pour le pays, mais aussi religieuse et artistique. On peut par exemple citer la célèbre série d’estampes de Hokusai “les 36 vues du mont Fuji” dans lesquelles on retrouve tout un tas de points de vues différents sur le site. Avec un sommet culminant à 3776 mètres d’altitude, le mont Fuji  est le point le plus haut du Japon et se situe à une centaine de kilomètres au sud-est de Tokyo. Il est toujours en activité bien que sa dernière éruption date de 1707. Vous pourrez naturellement, pour les plus téméraire d’entre vous, vous lancez dans son ascension. Elle est néanmoins assez facile et accessible pour tous dans le sens où elle ne relève d’aucune difficulté particulière. Il faudra juste prévoir la journée puisque l’ascension va de trois à cinq heures en fonction de la rapidité du groupe, et de deux à cinq heures pour redescendre.

11. L’île fantôme de Ha-sima (bonus)

ha-shima

Après la découverte d’un gisement houiller (un type de charbon) en 1887 sur cette petite île située à vingt kilomètres de Nagasaki, une mine y fut installée ainsi que de nombreuses infrastructures qui transformèrent peu à peu cette île déserte en ville à part entière. Les employés y travaillaient mais y résidaient également et l’accroissement de la population minière destinée à exploiter au maximum les mines fit à l’époque de cette île une des zones les plus densément peuplées du monde. Plus personne n’y habite depuis 1974 et l’île aura même été interdite d’accès jusqu’en 2009 car jugée trop dangereuse. Cependant, la ville de Nagasaki a depuis entrepris de lourd travaux de rénovation afin d’en faire un lieu touristique et attractif que vous pourrez visiter, sous réserve de suivre le chemin établie au sud de l’île.

Précédent Suivant