L'UTILISATION DU BOIS DANS L'ARCHITECTURE JAPONAISE

L'UTILISATION DU BOIS DANS L'ARCHITECTURE JAPONAISE

Cela fait maintenant des années que l’architecture japonaise est admirée dans le monde pour son haut niveau d’artisanat, de précision et de simplicité. Les designers de tous les horizons s’en inspirent et les entreprises ou cabinets d'architectes japonais sont très souvent cités lors des expositions de renom. Mais bien que maintenant le béton et les autres matériaux modernes se trouvent très utilisés, un matériau ancestrale reste lui intemporel : le bois.

Il fut le matériau dominant du Japon des siècles durant mais malheureusement l'industrialisation et le manque de ressources en bois l’ont rendu bien moins présent qu’il ne l’était dans les espaces urbains à partir du XXème siècle. Si vous avez un jour la chance de vous rendre au Japon dans la région de Kobe, ne manquez pas d’aller visiter le Takenaka Carpentry Tools Museum qui est un musée dans lequel vous trouverez plus de 32 000 articles en lien avec l’architecture japonaise traditionnelle à base de bois. Vous y découvrirez de précieuses informations quant à la méthode utilisée pour la fabrication des lieux traditionnels comme les maisons de thé ou les tokonoma. En attendant de se rendre dans ce musée nous vous proposons donc aujourd’hui de passer en revue l’architecture japonaise à base de bois à travers quelques-uns de ces axes principaux.

La complexité

Afin d’illustrer la complexité, et paradoxalement la simplicité apparente des constructions en bois japonaises, prenons pour exemple une maison de thé de style sukiya traditionnelle. Lorsqu’on regarde une maison de thé il est vrai qu’elle est jolie d’un point de vue visuel mais sur le plan de son architecture à première vue elle s’apparente beaucoup à une construction classique. Cependant, lorsqu’on prend la peine de séparer les fondations de la maison de ses finitions (toit, peinture…), on se rend vite compte que cela n’est pas si simple que ça.

maison-de-the-japonaise

On ne retrouve quasiment aucun clou ni même attaches métalliques, mais ce qui est le plus surprenant c’est l’aisance avec laquelle les menuisiers jongle avec les différents matériaux. On constate en effet au sein même des fondations des croisements entre le bois de bambou mais aussi celui de cyprès afin d’utiliser la solidité de l’un et la souplesse de l’autre pour pouvoir de créer quelque chose d’abouti sur le plan technique mais aussi sur le plan esthétique. Cela permet également de grandir un pièce plus grande, ce qui est intéressant pour les maisons de thé qui ne sont pas souvent très spacieuses. Pour les chanceux qui pourront se rendre dans le Takenaka Carpentry Tools Museum vous trouverez l’architecture d’une maison de thé dépourvue de finition afin de voir clairement comment sont coupées et assemblées les poutres en bois.

Le contrôle

Au delà de la simple complexité technique des bâtiments en bois japonais, ce qui est également frappant c’est le contrôle et la sérénité avec laquelle les menuisiers opèrent. Ils contrôlent en effet de A à Z tous le processus de construction comme des étapes à suivre sur une liste et à aucun moment ils ne s’inquiètent de l’avenir de leur construction une fois debout.

Lorsqu’on approche de plus près les normes de construction japonaises on remarque qu’elles sont en effet très strictes et appliquées à la lettre. Ce facteur discipline appliqué à l'ensemble des bâtiments joue certainement beaucoup sur le fait que ceux-ci soient particulièrement durables et résistants.

chateau-dhimeji

De plus, ils accordent une importance particulière à l’arbre en lui-même qui se trouve derrière la poutre en bois d’un bâtiment. À titre d’exemple si l’arbre était orienté au sud le menuisier fera en sorte d’orienter la poutre de ce même arbre dans la même direction une fois utilisé dans la construction. Cela permet ainsi aux constructions de rester en place des siècles durant comme par exemple certains château en bois de l'époque médiévale qui se trouvent encore debout.

La sophistication

Après avoir souligné la complexité et l’aisance avec lesquels sont fabriquées les structures en bois japonaises, on ne peut que également remarquer le sens du détail sur le plan technique dont elles sont dotées. Sur le plan esthétique les châteaux de l’époque médiévale ou bien les temples sont en effet de magnifiques chef d’œuvres. Néanmoins, ce n’est paradoxalement pas cet ajout d’ornement qui vient entraver leur résistance car toujours de solides fondations sont posées.

On peut même facilement assurer que les techniques de constructions anciennes sont plus résistantes et plus abouties que celles qui sont utilisées aujourd’hui. La manufacture des poutres en bois ainsi que tout le reste des pièces utilisées étant fait manuellement cela ajoute en effet une marge de manœuvre au menuisier pour adapter ses coupes en fonction du bois. Ce qui en revanche, n’est pas le cas avec la découpe des planches en usine qui elles sont toutes identiques.

interieur-maison-en-bois-japonaise

Doit-on revenir aux techniques de fabrication ancestrales ?

Après avoir vu la quasi parfaite maîtrise du bois avec laquelle il était utilisé dans les constructions il est légitime de se demander pourquoi est-ce qu’il n’est pas plus réutilisé dans les constructions modernes qui elles subissent un déclin en terme d’architecture. À grande échelle il serait bien évidemment impossible à l’heure d’aujourd’hui d’obtenir autant de bois pour en faire des villes entières d’autant plus que ce dernier n’est pas fait pour être aligné sur des centaines de mètres comme il est possible de le faire avec des matériaux comme l’acier.

Cependant, il serait intéressant de plus s'intéresser dans l’industrie du bâtiment à toutes ces techniques utilisées que ce soit dans les maisons de thé ou dans les châteaux pour en tirer avantage. Mais surtout, le plus important reste de ne pas faire tomber dans l’oubli toutes ces techniques ancestrales. 

Finalement, bien que le bois soit dans un premier temps un matériau de construction c’est également quelque chose avec quoi on peut fabriquer de jolies ornements ou accessoires. À titre d’exemple une bague en bois mais encore des bracelets ou bien des pendentifs tous plus originaux les uns que les autres.